Page Banner
Publications

Etude prospective des impacts sociaux d’une inondation majeure en région Ile-de-France.

Actuality Image CCR

Disparités socio-spatiales dans la prise en charge des populations franciliennes en situation de crise et post-crise : une analyse cartographiée et quantifiée des besoins des ménages, de l’évacuation à la reconstruction.

08/06/2018

Cette thèse de doctorat, en géographie-aménagement du territoire, porte sur l’étude des impacts sociaux d’une inondation majeure en région francilienne. Les impacts sociaux sont compris, dans ces travaux, comme les effets de l’inondation sur la population, ses conditions et moyens d’existence. Elle comprend trois objectifs de recherche complémentaires : (1) l’évaluation par modélisation sous SIG des besoins sociaux en cas d’évacuation massive ; (2) l’étude qualitative de la prise en charge des populations en gestion de crise par les autorités ; (3) la cartographie des impacts sociaux post-catastrophe, et la modélisation des besoins de reconstruction. La méthodologie élaborée comprend une approche mixte, fondée sur le croisement d’analyses statistiques et géomatiques d’une part, et d’analyses qualitatives d’autre part. Les premières s’appuient sur le traitement de données de recensement, permettant d’identifier sur un plan sociodémographique les populations et de caractériser leurs besoins dans les différentes phases d’une inondation, à court terme dans l’évacuation et l’hébergement d’urgence, à long terme dans le relogement et la reconstruction. A ce titre, les travaux se fondent sur la littérature internationale, qui est interrogée de près sur les retours d’expérience de catastrophes passées afin d’identifier les facteurs prédictifs du comportement des populations dans un contexte de crise puis de reconstruction. Ces analyses donnent notamment lieu au développement d’indices synthétiques cartographiés, permettant de représenter la capacité des populations à évacuer et à trouver un hébergement d’urgence, d’une part, et d’autre part leur capacité à se reconstruire. Ces indices sont ensuite croisés aux données d’exposition face à l’aléa, pour des scénarios d’inondation d’ampleur catastrophique. Les secondes consistent dans des études descriptives et interprétatives de données qualitatives de sources diverses : documentation écrite, observations, entretiens semi-directifs. Ces sources permettent de caractériser les dispositifs de prise en charge des populations en cas d’inondation massive, par les autorités responsables, de l’échelle communale à l’échelle régionale. L’analyse qualitative permet donc d’identifier des moyens, les analyses statistiques des besoins sociaux : la confrontation des deux permet de caractériser les impacts sociaux de l’inondation. Les résultats sont présentés dans le cadre d’une approche résolument géographique, à travers un corpus de cartes disponible jusqu’à l’échelle communale. A court terme, face aux enjeux de l’évacuation massive, jusqu’à 700 000 personnes pourraient être évacuées pour un scénario d’inondation similaire à celui de la crue de référence de janvier 1910, 1,1 million pour une crue d’ampleur supérieure. 120 000 personnes devraient être prises en charge dans des centres d’hébergement d’urgence dans la première hypothèse, 200 000 dans la seconde. A plus long terme, nombre de structures et infrastructures nécessaires au maintien et au retour des populations sur un territoire donné pourraient être endommagées, avec des disparités spatiales particulièrement marquées : une douzaine de municipalités de plus de dix mille habitants pourraient dépasser le seuil d’endommagement de 30% de leurs structures et infrastructures, alors même qu’elles présentent pour certaines une faible ou médiocre capacité de reconstruction. Les résultats mettent aussi en avant le caractère temporel de la vulnérabilité, qui n’apparaît plus comme un tout uniforme : les populations vulnérables dans la phase d’évacuation ne sont pas nécessairement les mêmes que celles qui le sont pendant la phase d’hébergement, a fortiori de reconstruction. De la même façon, les disparités géographiques observées, entre départements, entre communes, varient de façon marquée selon les enjeux, des besoins de prise en charge face à l’évacuation massive jusqu’à la reconstruction.

 

 

Activities Services CCR

Etude prospective des impacts sociaux d’une inondation majeure en région Ile-de-France.

Disparités socio-spatiales dans la prise en charge des populations franciliennes en situation de crise et post-crise : une analyse cartographiée et quantifiée des besoins des ménages, de l’évacuation à la reconstruction.

Consulter en ligne

Autres publications